Recherche avancée

à la naissance de l’ethnologie française

Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939)

à la naissance de l’ethnologie française

Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939)

Vous êtes ici :  Accueil » Crédits du site

Crédits du site

Le site http://naissanceethnologie.fr (ci-après le "Site") est un projet du laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie comparative (umr 7186) à l’université Paris Ouest dans le cadre du LABEX Les passés dans le présent.

 

Responsables du projet 

Sophie Blanchy (directrice de recherche émérite CNRS, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative), Marie-Dominique Mouton (directrice de la bibliothèque Éric-de-Dampierre jusqu’en octobre 2014) et Frédéric Dubois (directeur actuel de la bibliothèque Éric-de-Dampierre)

 

Directeur scientifique du projet : 

Eric Jolly (Chargé de recherche CNRS, Institut des Mondes Africains)

 

Mise en œuvre du projet :

Laure Carbonnel (docteur en ethnologie), agence Limonade & Co

 

Partenaires :  

Musée du quai BranlyBibliothèque nationale de France

 

Auteurs des articles mis en ligne :

 

  • Sophie Blanchy, CNRS, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (LESC)

Sophie Blanchy est ethnologue, directeur de recherches émérite au CNRS et membre du LESC. Elle a contribué à la valorisation d’archives portant sur les Comores et Madagascar. La collection photographique d’Henri Pobéguin réalisée aux Comores (1897-1899), numérisée, a donné lieu à un retour des archives sur le terrain. Les archives de Lars Vig, missionnaire ethnographe norvégien luthérien à Madagascar à la fin du XIXe siècle, portant sur les pratiques et les représentations religieuses, ont été étudiées en collaboration avec des chercheurs malgaches et l’institution norvégienne dépositaire des fonds, dans le cadre d’un projet ACI du CNRS porté par le LESC, Archives et terrain.

http://www.mae.u-paris10.fr/lesc/spip.php?article11

 

  • Julien Bondaz, Université Lumière Lyon 2.

Julien Bondaz est ethnologue, maître de conférences en anthropologie à l'université Lyon 2. Outre des enquêtes ethnographiques en Afrique de l'Ouest (Mali, Sénégal, Burkina Faso et Niger) s'inscrivant notamment dans les champs de l'anthropologie du patrimoine, de l'art et de la mise en image, il consacre une partie de ses recherches à l'histoire de l'ethnologie française à la fin de la période coloniale. Sur ce plan, ses travaux portent sur la naissance de l’africanisme, sur les pratiques de collecte mixte des ethnologues (ethnographiques mais aussi zoologiques ou botaniques), ou encore sur la popularisation de l’ethnologie.

 

  • Claire Bosc-Tiessé, CNRS, Institut des mondes africains (IMAF)

Historienne et historienne de l’art de formation, Claire Bosc-Tiessé est chercheur au CNRS, à l’Institut des Mondes Africains (IMAF, UMR 8171, CNRS – Université de Paris 1, EPHE, EHESS, AMU, IRD). Spécialiste de l’Éthiopie, elle codirige actuellement un projet de recherche archéologique et historique sur le site rupestre de Lalibela et un autre sur les matériaux des peintures et les processus de création. Ses recherches personnelles portent sur l’anthropologie historique des images, leur fabrication, leur statut et leur usage entre le XIIIe et le XVIIIe siècle.

http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article27

 

  • Laure Carbonnel, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (LESC)

 

  • Frédéric Dubois, CNRS, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (LESC)

 

  • Marie Gautheron, histoire des arts et des représentations (HAR)

Docteur en histoire de l’art, agrégée de lettres, Marie Gautheron a développé un enseignement de sciences de l’art à l’ENS Fontenay-Saint Cloud puis à l’ENS-Lyon jusqu’en 2010. Ses recherches et pratiques en anthropologie visuelle portent sur les représentations de l’Algérie et de l’Afrique sub-saharienne en contexte colonial, leur médiation, et leur appropriation par la création contemporaine : histoire du paysage, invention du désert, Gustave Guillaumet, collectes ethnographiques, circulation des savoirs, des objets, des images et des récits.

 

  • Brice Gérard

Brice Gérard est spécialiste des rapports entre anthropologie et musique au XXe siècle. Ses travaux se situent dans le champ de l'épistémologie et de l'histoire des sciences. Il a publié Histoire de l'ethnomusicologie en France (1929-1961), Paris, L'Harmattan, 2014 (Coup de Cœur 2015 de l'Académie Charles Cros) et plusieurs articles, notamment « Gilbert Rouget et la mission Ogooué-Congo (1946). Institution et épistémologie dans l'histoire de l'ethnomusicologie en France », Gradhiva, 16, 2012, p. 192-215, et « De l’ethnographie à l’ethnomusicologie. Les notes de terrain d’André Schaeffner au début des années 1930 », L’Homme, 191, 2009, p. 139-173.

 

  • Catherine Hänni, CNRS, Palgène/Laboratoire d’écologie alpine

 

  • Jean Jamin, EHESS

Né en 1945, Jean Jamin est un ethnologue africaniste et européaniste. Directeur d’études à l’École des hautes en sciences sociales, il a fondé en 1986, avec Michel Leiris, la revue Gradhiva. De 1997 à 2015, il a dirigé  L’Homme, revue française d’anthropologie. Exécuteur testamentaire de Michel Leiris, Jean Jamin a en outre établi ou supervisé les éditions posthumes de son œuvre, et a participé en tant que conseiller scientifique à la grande exposition Leiris & Co : Picasso, Masson, Miró, Giacometti, Lam, Bacon…, qui s’est tenue au Centre Pompidou-Metz d’avril à septembre 2015.

 

  • Éric Jolly, CNRS, Institut des mondes africains (IMAf)

Éric Jolly, chercheur CNRS et anthropologue, est membre de l’Institut des mondes africains (IMAF). Ses recherches en pays dogon, terrain phare de l’école Griaule, l’ont conduit à travailler en partie sur l’épistémologie et l’histoire de l’ethnologie française, en particulier sur les missions ethnographiques des années 1930 en Afrique, sur le parcours et l’œuvre de Marcel Griaule, ou encore sur les usages des archives ethnographiques.

 

  • Marianne Lemaire, CNRS, Institut des mondes africains (IMAf)

Marianne Lemaire est chargée de recherche en anthropologie au CNRS et membre de l’IMAF (Institut des mondes africains). Ses recherches actuelles portent sur l’histoire de l’ethnologie française, et plus précisément sur les parcours, les missions et les écrits scientifiques des nombreuses femmes qui ont investi la discipline dès son institutionnalisation dans la période de l’Entre-deux-guerres. 

 

  • Marie-Dominique Mouton, CNRS, Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (LESC)

 

  • Marie Perrier , Musée des Confluences

Marie Perrier est chargée des collections africaines et océaniennes au musée des Confluences. Après des études en histoire de l’art et en anthropologie, elle a travaillé au Musée africain de Lyon avant d’intégrer en 2007 l’équipe du musée des Confluences en tant que chargée de la production du futur parcours permanent et des expositions temporaires. Au service des collections depuis 2011, ses recherches portent sur l’histoire des fonds Afrique et Océanie ainsi que sur la culture matérielle des groupes culturels d’Afrique de l’Est. Son mémoire de Master en histoire de l'art, soutenu en 2004, portait sur le peintre Gaston-Louis Roux.

 

  • Cécile Van den Avenne, ENS de Lyon, UMR 5191 ICAR (Interactions, corpus, apprentissages, représentations)

Sociolinguiste, Cécile Van den Avenne est maitresse de conférence HDR en sciences du langage à l'École Normale Supérieure de Lyon. Elle travaille depuis une dizaine d'années sur les pratiques langagières en situation de contact colonial en Afrique de l'Ouest, ainsi que plus largement sur des croisements entre sociolinguistique et littérature.

 

  • Gaëlle Weiss, Dynamiques Européennes (DynamE, UMR 7367 CNRS et Unistra)

Gaëlle Weiss a soutenu en 2015 à l’Université de Strasbourg une thèse en anthropologie de l’art intitulée « Création africaine et mondialisation. La collection Lebaudy-Griaule : quel rapport à la création ? ». Par ailleurs, ses recherches portent également sur la muséologie, le patrimoine, la mondialisation et les Koromba (ou Kouroumba, Kurumba) au Burkina Faso et au Mali. Depuis 2007, Gaëlle Weiss assiste Roger Somé dans la gestion technique de la collection ethnographique de l’Université de Strasbourg.

 

  • Anaïs Wion, CNRS, Institut des mondes africains (IMAF)

Anaïs Wion est historienne, chargée de recherche au CNRS, spécialiste de l'Ethiopie moderne. Ses travaux portent sur les pratiques de l'écrit, les enjeux fonciers et la structuration des pouvoirs dans le royaume chrétien éthiopien du XVe au XVIIIe siècle. Pour mener à bien ses recherches, elle réalise des enquêtes de terrain, du dépouillement d'archives anciennes et la création de corpus électronique outillés. Elle participe activement depuis sa création à la revue électronique  Afriques. Débats, Terrains et Méthodes. Elle est membre du Comité National du CNRS (section 33).

https://cv.archives-ouvertes.fr/wion-anais