Recherche avancée

à la naissance de l’ethnologie française

Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939)

à la naissance de l’ethnologie française

Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939)

Vous êtes ici :  Accueil » Méthodes » Cinéma ethnographique » Le cinéma ethnographique à l’épreuve du terrain (1931-1933)

Le cinéma ethnographique à l’épreuve du terrain (1931-1933)

Cinéma ethnographique

Le cinéma ethnographique à l’épreuve du terrain (1931-1933)

Funérailles de chasseur  20 Octobre - 8

27.Au début du voyage, le secrétaire-archiviste de la mission, Michel Leiris, recopie parfois au propre, sur le carnet cinéma, les notes d’Éric Lutten, mais à partir de Bamako quasiment toutes les annotations sont de Lutten. Voir Fonds Marcel-Griaule, fmg_E_f_01.28.Voir la « méthode cinématographique » dans les notes prises par Thérèse Rivière et Yvonne Oddon lors des cours de Mauss de 1929-1939, p. 3 (Bibliothèque centrale du Muséum, 2 AM 2 F2).29.Au retour, dans l’un de ces articles, Griaule arrondit à 3 500 les mètres de film tournés (Marcel Griaule, Les résultats de la mission Dakar-Djibouti, Aethiopica, I (1), avril 1933, pp. 1-3, ici p. 2).30.Il est possible toutefois que, dans le communiqué précédant le départ, l’annonce de 20 000 mètres de film soit exagérée, comme le suggère une lettre de Griaule envoyée le 22 juin 1931 à l’entreprise qui lui a vendu « 5 000 mètres de film Pankine » (Bibliothèque centrale du Muséum, 2 AM 1 M2f).31.Par exemple, cinq mètres de la bobine 21 de la caméra Kinamo sont développés sur place, d’après le « carnet cinéma ».32.Lettre d’Éric Lutten à Georges Henri Rivière, 27 juillet 1932 (Bibliothèque centrale du Muséum, 2 AM 1 M2d).33.Le « carnet cinéma » mentionne uniquement un plan intitulé « types de femmes », au début de la bobine 18 de la caméra Éclair.34.Griaule évoque notamment ce procédé dans la partie « cinématographie » du premier rapport général de mai 1932 (Marcel Griaule, Mission Dakar-Djibouti, rapport général (mai 1931-mai 1932), Journal de la Société des africanistes, II (1), 1932, pp. 113-122, ici p. 117).35.Sur ces reconstitutions, voir le « carnet cinéma » (bobines Éclair 1 et 6, Kinamo 2 et 20), l’agenda de la mission à la date du 2 novembre 1931 (Fonds Marcel-Griaule, fmg_C_b_01_01) et le journal de Michel Leiris, L’Afrique fantôme (in Miroir de l’Afrique, édition établie, présentée et annotée par Jean Jamin, Paris, Gallimard, 1996, pp. 150 et 252).