Recherche avancée

à la naissance de l’ethnologie française

Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939)

à la naissance de l’ethnologie française

Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939)

Vous êtes ici :  Accueil » Méthodes » Cinéma ethnographique » De Marcel Griaule à Jean Rouch

De Marcel Griaule à Jean Rouch

Cinéma ethnographique

De Marcel Griaule à Jean Rouch

Masque Kanaga (50)

99.Sur le voyage de Rouch et Rosfelder jusqu’à Sanga et sur leur travail filmique en pays dogon lors de cette mission, voir Béatrice de Pastre (ed.), Découvrir les films de Jean Rouch. Collecte d’archives, inventaire et partage, Paris, Centre national du cinéma (CNC), 2010, pp. 24, 40 et 157 ; Jean Rouch, Alors le Noir et le Blanc seront amis. Carnets de mission 1946-1951, Paris, Mille et une nuits, 2008, pp. 123-135 ; Jean Rouch, Ciné-Ethnography, Minneapolis, University of Minneapolis Press, 2003, pp. 112-113 ; Jean Rouch et Enrico Fulchignoni, Entretiens, in Jean Rouch, une rétrospective, Paris, Ministère des relations extérieures – Cellule d’animation culturelle, 1981, pp. 7-29, ici p. 20.100.  Dans ce contexte, le terme « calebasse » désigne le récipient demi-sphérique fabriqué à partir fruit du calebassier.101.  Marcel Griaule, Dieu d’eau, entretiens avec Ogotemmêli, Paris, Les éditions du Chêne, 1948, pp. 89, 94, 114, 137.102.  Voir Marcel Griaule, Masques dogons, Paris, Institut d’ethnologie, 1938, pp. 362, 380, 454, 466-467, 474, 479-485, 533, 542, 544, 592-593. Dans la bouche de Rouch, les formules d’encouragement adressées aux masques ont subi parfois quelques transformations par rapport aux textes d’origine, et certaines d’entre elles sont des compilations.103.  Marcel Griaule, Dieu d’eau, entretiens avec Ogotemmêli, Paris, Les éditions du Chêne, 1948, pp. 224-226.104.  Marcel Griaule et Germaine Dieterlen, Le Renard pâle, Paris, Institut d’ethnologie, 1965.105.  Rouch souligne lui-même que les textes « inoubliables » de Griaule lui servent à alimenter l’émotion suscitée par ses images de masques dansant au ralenti (Jean Rouch, Le vrai et le faux, in Jean Rouch. Cinéma et anthropologie, textes réunis par Jean-Paul Colleyn, Paris, Cahiers du cinéma – INA, 2009, pp. 111-121, ici p.119). Sur les commentaires enchanteurs de Jean Rouch dans Le dama d’Ambara, voir aussi : Silvia Paggi, Voix-off et commentaire dans le cinéma documentaire et ethnographique, Cahiers de Narratologie, 20, 2011, en ligne : http://narratologie.revues.org/6321; Jean-Paul Colleyn, Avant-propos : clés pour Jean Rouch, in Jean Rouch. Cinéma et anthropologie, textes réunis par Jean-Paul Colleyn, Paris, Cahiers du cinéma – INA, 2009, pp. 9-24.