Recherche avancée

à la naissance de l’ethnologie française

Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939)

à la naissance de l’ethnologie française

Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939)

Vous êtes ici :  Accueil » Personnes » Membres des missions » Manouka Laroche

Manouka Laroche

Manouka Laroche

fmg_E_a_05_L_01_018_01.jpg

Connue sous le diminutif de Manouka, Marie-Charlotte Laroche (1906-1996) obtient son certificat d’ethnologie (lettres) en juin 1936, en même temps que Jean-Paul Lebeuf [1]. Elle travaille ensuite comme bénévole au musée de l’Homme, dans le département Afrique, en collaborant notamment à deux articles de Lebeuf issus de son terrain camerounais de 1936-1937 [2]. Fin 1938, elle accompagne la mission Lebaudy-Griaule sur une courte période, jusqu’en pays dogon, mais la nature de ses travaux ainsi que les raisons précises de son retour anticipé demeurent inconnues [3]. À l’automne 1939, Paul Rivet, directeur du musée de l’Homme, lui confie le département d’Océanie en raison de la mobilisation du précédent responsable. Manouka Laroche se tourne alors définitivement vers l’Océanie : elle participe en 1945 à la fondation de la Société des Océanistes et effectue plusieurs séjours en Nouvelle-Calédonie et sur l’île de Pâques [4].

 

1.Registre des diplômés de l’Institut d’ethnologie (Bibliothèque centrale du Muséum, 2AM2B4).2.Jean-Paul Lebeuf (avec la collaboration de Manouka Laroche), Les rites funéraires chez les Fali, Journal de la Société des africanistes, VIII (2), 1938, pp. 103-122 ; Le nom chez les Fali, Journal de la Société des africanistes, IX, 1939, pp. 103-117.3.Pour expliquer ce retour anticipé, Geneviève Calame-Griaule évoque des « raisons familiales » (Geneviève Calame-Griaule, La mission Niger-Lac Iro (Lebaudy-Griaule 1938-1939), in Benoît Contancier & Yveline Pallier (eds.), Dogon, mais encore… Objets d’Afrique, collections d’Europe, Paris, Somogy éditions d’art, 2002, pp. 32-41.4.Sur le parcours ethnographique de Manouka Laroche, voir Odette Langer, Marie-Charlotte Laroche (1906-1996), Journal de la Société des océanistes, 103 (2), 1996, p. 319 ; Christian Coiffier & Michel Panoff, Quelques aspects de l’histoire de la Société des océanistes : un entretien avec M.-C. Laroche, Journal de la Société des océanistes, 100-101 (1-2), 1995, pp. 41-55.
Ecrit par : Éric Jolly, CNRS, Institut des mondes africains (IMAF).