Recherche avancée

à la naissance de l’ethnologie française

Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939)

à la naissance de l’ethnologie française

Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939)

Vous êtes ici :  Accueil » Méthodes » Les photographies des missions Griaule : des documents annexes ? » Photographies et publications scientifiques

Photographies et publications scientifiques

Les photographies des missions Griaule : des documents annexes ?

Photographies et publications scientifiques

De toutes les publications des membres des missions Griaule, le numéro spécial de Minotaure sur Dakar-Djibouti est le plus inclassable puisqu’il s’agit à la fois d’un recueil d’articles ethnographiques, d’un périodique luxueux faisant office de catalogue d’exposition, et d’une revue artistique d’avant-garde largement influencé par le surréalisme. Entièrement rédigé et illustré par les membres de Dakar-Djibouti, ce numéro paraît le 1er juin 1933, au moment de l’inauguration de l’exposition Dakar-Djibouti, et c’est Leiris qui en supervise la conception ainsi que la mise en page après un accord passé entre Rivière et Albert Skira, l’un des deux directeurs de Minotaure[1].

 

Cette revue et en particulier son numéro sur Dakar-Djibouti se caractérisent par la présence massive d’une « riche sélection photographique de documents inédits », comme le précisent les éditeurs dans les premières pages. Dans le cas des articles ethnographiques, ces « très nombreuses illustrations » doivent servir à éclairer le sens, l’usage ou le contexte des objets représentés et des scènes décrites en les replaçant « dans leur juste atmosphère »[2]. Or cet objectif éditorial est aussi celui de Rivière et des membres de Dakar-Djibouti lors de l’exposition qu’ils organisent. D’ailleurs, la légende de chaque photographie publiée ressemble à un cartel. Pour un objet, elle indique au minimum son usage, son numéro de collecte, sa provenance et, le plus souvent, sa hauteur. En outre, pour des séries de masques ou de serrures sculptées, plusieurs pages ou doubles pages sont composées sur le modèle des vitrines du Trocadéro, avec des photographies d’objets détourés accompagnés à la fois de leurs légendes et d’un bref texte explicatif ou d’une image du contexte.

Pages 20-21 du numéro spécial de "Minotaure" sur Dakar-Djibouti, juin 1933

Dans les publications plus clairement scientifiques des années 1930 ou du début des années 1940, les illustrations photographiques, lorsqu’elles existent, sont rassemblées hors texte dans une ou plusieurs planches photographiques placées le plus souvent à la fin de l’article ou de l’ouvrage écrit par l’un des membres des missions Griaule. Elles apparaissent donc comme des documents annexes, même si cette présentation est due en partie aux contraintes éditoriales de l’époque. C’est le cas des notes ethnographiques publiées dans le Journal de la Société des africanistes, notamment celles de Griaule, Leiris, Lebeuf ou Chombart de Lauwe[8]. Lorsqu’il s’agit d’un article décrivant une cérémonie, les clichés sont classés de façon à restituer son déroulement chronologique[9], mais, même dans ce cas, le sens de ces images reste difficilement compréhensible sans la lecture préalable du texte principal, d’autant que leurs légendes, très courtes, incluent fréquemment des termes vernaculaires non traduits. Par ailleurs, les photographies accompagnant ces articles scientifiques ont toutes un lien direct avec la description ethnographique qui les précède.

1.Lettre de Rivière à Albert Skira, 25 avril 1933 (Bibilothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, 2 AM 1 A5b). Sur le numéro de Minotaure consacré à Dakar-Djibouti, voir J. Jamin, De l’humaine condition de Minotaure, in Regards sur Minotaure. La revue à tête de bête, Genève, Musée d’art et d’histoire, 1987, pp. 79-86 ; É. Jolly & M. Lemaire, La mission au fil des textes, in M. Griaule & al., Cahiers Dakar-Djibouti, Meurcourt, Éditions Les Cahiers, 2015, pp. 11-67, ici pp. 27-29.2.Prière d’insérer du numéro de Minotaure sur Dakar-Djibouti, juin 1933.3.Voir la double page de photographies intitulée « Quelques types du Nord Cameroun », Minotaure, n° 2, juin 1933, pp. 62-63.4.Minotaure, n° 2, juin 1933, pp. 18 et 23.5.M. Griaule, Le chasseur du 20 octobre, Minotaure, n° 2, juin 1933, pp. 31-44.6.M. Leiris, Le taureau de Seyfou Tchenger, Minotaure, n° 2, juin 1933, pp. 75-82, ici p. 76.7.M. Leiris, Chez les « buveurs de sang » [I-II], Regards, n° 43, 31 mai 1946, pp. 6-7 ; n° 44, 7 juin 1946, pp. 14-15.8.Voir les tomes IV (1) [1934], VII (1) [1937], VIII (2) [1938] et XI [1941] du Journal de la Société des africanistes.9.J.-P. Lebeuf, Les rites funéraires chez les Fali, Journal de la Société des africanistes, VIII (2), 1938, pp. 103-122. À la fin de cet article, les quatorze illustrations photographiques sont regroupées dans quatre planches.10.M. Griaule, Jeux et divertissements abyssins, Paris, Librairie Ernest Leroux, Bibliothèque de l’École des hautes études, 1935.11.M. Griaule, Jeux dogons, Paris, Institut d’ethnologie, 1938.12.Par exemple, les deux clichés présents sur la première page de l’article publié par Griaule dans Miroir du monde (1935) se retrouvent trois ans plus tard dans les planches photographiques de deux livres du même auteur parus à l’Institut d’ethnologie : Jeux dogons (1938, planche II) et Masques dogons (1938, planche VI).