Recherche avancée

à la naissance de l’ethnologie française

Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939)

à la naissance de l’ethnologie française

Les missions ethnographiques en Afrique subsaharienne (1928-1939)

Vous êtes ici :  Accueil » Méthodes » Cinéma ethnographique » Quelle vision des Dogon ?

Quelle vision des Dogon ?

Cinéma ethnographique

Quelle vision des Dogon ?

BANANI BANA - Greniers contre la paroi verticale de la falaise.  L'un avec figuration de Kanaga

76.Bande déroulante introductive du film Au pays des Dogons.77.Commentaire introductif de Griaule dans le film Sous les masques noirs.78.Lors de la sonorisation, quelques rythmes de tambour sont ajoutés de façon synchrone et se superposent à la musique classique – souvent pompeuse – qui sert de partition au film Le Soudan mystérieux. Ces rythmes sont probablement reproduits en France par un professionnel à partir de l’observation des mouvements de main des tambourinaires dogon (Marcel Griaule, cours du 18 mars 1943, pp. 9-16, Fonds Marcel-Griaule, fmg_B_c_02_01).79.La légende de la photographie correspondante (35C39) est d’ailleurs sans ambiguïté : « Akundye reproduit les dessins totémiques dans la case » (carnet des légendes photographiques, Fonds Marcel-Griaule).80.Voir Élizabeth Ezra, « Le corps noir » ou le spectacle ethnographique dans le cinéma français, 1895-1935, Interculturel Francophones, n° 2, juin-juillet 2002, pp. 161-172, ici p. 163.81.Commentaire de Griaule dans le film Sous les masques noirs, 1940.